Partagez|

I hurt myself today ♥ Saskia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Je ne sais pas où je suis.

avatar


Messages : 59
Date d'inscription : 20/09/2017

MessageSujet: I hurt myself today ♥ Saskia Dim 8 Oct - 23:00



   
I hurt myself today
Saskia & Ethan

   
« I would hold you in my arms I would take the pain away Thank you for all you've done Forgive all your mistakes There's nothing I wouldn't do To hear your voice again Sometimes I wanna call you But I know you won't be there »
Il y avait des jours où je savais que j’aurais dû rester coucher, des jours où mon instinct me disait de ne pas sortir de ma maison ou mieux, de mon lit. Mais aujourd’hui, je devais donner cours et ce n’était pas mon genre de me faire porter pâle à cause d’une mauvais intuition. La journée avait été normale, longue mais captivante. J’avais abordé le thème de la seconde guerre mondiale avec mes élèves et ils avaient été pendus à mes lèvres. Et puis, le cours des terminales sur l’ère moderne, le terrorisme… L’histoire humaine était loin d’être droite et simple… Tellement de guerre, de destruction, de peine… J’avais également dû faire face à un de mes élèves de secondes. Il était venu me voir après la fin de son cours pour me demander de remonter un peu sa note, assez catastrophique cela dit au passage. Mais ce n’était pas dans mes habitudes de remonter les notes, à la rigueur, je pouvais lui faire repasser son contrôle mais sa note restera dans son bulletin. Question de principe, si je faisais cela pour lui, je devrais le faire pour les autres. Je ne croisais pas une seule fois mademoiselle Müller de la journée et je ne sus dire si c’était une bonne ou une mauvaise chose. La journée toucha rapidement à sa fin et je pris la décision de ne pas tarder, de rentrer chez moi le plus vite possible pour aller me faire un petit plateau télé avec des biscuits apéro et un petit verre de vin blanc. Mais la soirée ne se passa pas comme prévue. Alors que je rejoignais ma moto, cherchant les clés dans mon sac de cours, je n’entendis pas les bruits de pas derrière moi. Cela aurait pourtant dû attirer mon attention mais je pensais à mes clés, à rentrer chez moi… Et à la jolie infirmière, je me devais de le reconnaître. Elle hantait souvent mes pensées depuis que je l’avais surpris en train de murmurer un prénom, le mien, même si je me doutais qu’il ne s’agissait pas de moi. Mais je surpris rapidement une ombre derrière moi et en tournant la tête, j’aperçus un groupe de jeunes hommes. Je n’eus pas le temps de compter qu’un coup au visage me faisait perdre l’équilibre. Et ce ne fut plus qu’une pluie de coups. Je tentais vainement de me protéger mais les assaillants donnaient l’impression d’être tellement nombreux que lorsque je protégeais une partie de mon corps, un des hommes présents en profitait pour frapper la zone découverte. J’ignorais combien de temps je fus ainsi passé à tabac avant de finalement rester inerte au sol, incapable de bouger ou de respirer sans souffrir. Les jeunes hommes partirent, me laissant au sol sans me porter assistance. En même temps, ils venaient de me passer à tabac, ils n’allaient pas non plus appeler les secours. Je tenais vainement de me redresser, prenant appui sur ma moto mais mes côtes me faisaient souffrir. Je savais cependant que si je ne bougeais pas, j’allais certainement passer ma soirée ici. Alors que je me laissais tomber sur le dos, j’entendis soudain une cavalcade près de moi et j’aperçus le visage horrifié de la professeur de latin. Elle appela au secours et rapidement, une petite foule de professeur se forma autour de moi. L’un d’entre eux proposa d’appeler les pompiers pour m’emmener à l’hôpital mais je grognais entre mes dents. « Pas d’hôpital. Juste rentré chez moi… » Je ne voulais pas de leur aide, je voulais juste me relever et rentrer chez moi, quel que soit le temps que je mettrais à le faire. Mon programme télé-biscuits-vin était tellement plus alléchant qu’une nuit à l’hôpital. Je tentais vainement de me redresser mais je grimaçais sous la soudaine douleur dans mes côtes.
(c) DΛNDELION

_________________


Baby, you're all that I want
When you're lyin' here in my arms
I'm findin' it hard to believe
We're in heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Je veux partir d'ici.

avatar


Messages : 79
Date d'inscription : 22/09/2017

MessageSujet: Re: I hurt myself today ♥ Saskia Lun 9 Oct - 22:30

I Hurt Myself TodayEthia ♥️Me prenait-il pour une imbécile ? Je n’en savais strictement rien … Il avait l’air pourtant de ne pas se moquer de moi. Mais pouvais-je croire un menteur ? Assise derrière mon bureau, je fais tourner mon stylo entre mes doigts, n’arrivant pas à me concentrer. Je ne cesse de repenser à cette danse, et j’ai juste envie d’en pleurer. Pourquoi j’avais accepté, laissant mon cœur décidait à la place de ma raison. Je savais pourtant que je ne devais pas l’écouter, qu’il avait tendance à m’induire en erreur lorsqu’il s’agissait du jeune-homme. Soupirant, je repose mon stylo, et recule ma chaise, avant de me tourner vers la fenêtre. Au même instant, je me rends compte que je n’entends plus beaucoup de bruit. Relevant ma manche, je me rends compte que j’aurai dû finir depuis une bonne heure déjà. Soupirant, je défais ma blouse blanche, et l’accroche au portemanteau. Eteignant la lumière derrière moi, j’attrape mon thermos de café, qui est vide. Le glissant dans mon sac à mains, je vérifie que je n’ai rien oublié, avant de sortir mes clés de voiture. Marchant tranquillement, je reçois au même instant, un message avec un bon de réduction. Super je sais déjà ce que je vais commander ce soir ! Mais au même instant, je vois une des professeurs qui arrive affolée vers moi, son chignon d’ordinaire carré, en vrac. Elle m’attrape le bras, serrant d’une poigne qui me laissera sûrement des bleus, me tirant avec elle vers la sortie. Elle m’explique qu’une personne est à terre. Sans est assez pour moi. Bloquant mon sac sous mon bras, je dégage mon bras de sa poigne et je me mets à courir. Je dois jouer des coudes pour avancer dans la foule qui s’est amassée. Réussissant à traverser, après avoir hurlé un bon coup, je me fige en voyant de qui il s’agit. « Ethan … » Je murmure doucement, si bien que moi seule peut l’entendre. On me dit qu’il ne veut pas aller à l’hôpital. Ça ne m’étonne pas de lui ça. Mon cœur se serre de douleur de le voir ainsi, et ma salive se fait difficile à avaler. Et malgré toute la haine que j’éprouve pour lui, je ne peux m’empêcher d’avoir mal pour lui. Personne ne mérite un tel traitement. Encore si je lui avais infligé moi-même …. M’agenouillant, je me retiens d’hurler une seconde fois. Je ne vais vraiment pas pouvoir l’examiner ici, avec ce monde. Me relevant, je vois deux professeurs et je les désigne du doigt. « Vous, amenez le moi à l’infirmerie. Les autres, vous rentrez chez vous ! » Sans un mot, je repousse la foule violemment, et me dirige vers mon bâtiment au pas de course. J’allume toutes les lumières et j’indique la table aux professeurs. Pas le temps de mettre ma blouse. Il faut que je sache s’il faut l’emmener à l’hôpital ou non. Tout en me désinfectant les mains, je remercie les deux professeurs, pour leur indiquer gentiment de prendre la direction de la sortie. Retournant vers Ethan, j’ai du mal à retenir mon masque de pierre, quand je le vois grimacer de douleur. « Je vais devoir vous examiner. Si vous refusez, c’est l’hôpital et c’est tout.» Voyant qu’il n’objecte rien, et même si c’était le cas, je ne lui aurai pas laissé le choix, je tire mon tabouret et le mets à hauteur. Palpant doucement son torse, je grimace légèrement. « Vous avez des côtes fêlées, voir sûrement cassées. Je peux vous faire un bandage, mais je ne suis pas médecin. » Me reculant, je me dirige vers le buffet derrière et sors le matériel que j’ai besoin, en attendant qu’il me dise ce qu’il veut que je fasse. Revenant vers lui, je plante mon regard dans le sien. « Ça risque de piquer un peu. » Posant le coton imbibé sur la lèvre, je ne peux que détourner les yeux. Tellement de souvenirs et de douleurs. Portant un second sur sa joue, je ne peux que m’interroger. « On ne vous a pas loupé. Qui vous avez fait ça ? » J’étais prête à aller leur botter le cul moi-même. Personne ne me pique ma vengeance.
©️ Crimson Day

_________________

Ce que nous étions, sommes et serons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Je ne sais pas où je suis.

avatar


Messages : 59
Date d'inscription : 20/09/2017

MessageSujet: Re: I hurt myself today ♥ Saskia Mar 10 Oct - 14:25



   
I hurt myself today
Saskia & Ethan

   
« I would hold you in my arms I would take the pain away Thank you for all you've done Forgive all your mistakes There's nothing I wouldn't do To hear your voice again Sometimes I wanna call you But I know you won't be there »
Couché sur le sol, appuyé à ma moto, je ne pouvais que grimacer de douleur. Tout mon corps me faisait souffrir et j’étais incapable de bouger ou même de respirer normalement. Les professeurs m’entouraient, commentant ce qu’ils voyaient. Tout ce que je leur demandais, c’était de m’aider à me relever pour que je puisse rentrer chez moi. Il fut question d’appeler les secours pour m’emmener à l’hôpital mais je refusais catégoriquement cette idée. Parce que je savais que si j’y allais, déjà j’allais y passer la nuit en observation. Et puis, ils allaient certainement me faire un arrêt de travail et je refusais cette idée. Soudain, un cri se fit entendre et je reconnus la voix de l’infirmière Müller. Je ne pus m’empêcher de grimacer à l’idée que l’on était allé la chercher. Elle allait certainement se faire un plaisir de me voir dans cet état. Elle demanda à deux professeurs de me conduire à l’infirmerie et je ne pus m’empêcher de grogner à cette idée. C’était encore pire que l’hôpital en réalité. Parce que là-bas, j’aurais été soigné par une infirmière inconnue, pas par la femme qui faisait battre mon cœur. Je fus pris sous les épaules par deux professeurs qui m’aidèrent à me redresser puis à me relever. Je serrais les dents, essayant de contenir mes gémissements de douleur. Le chemin jusqu’à l’infirmerie fut long et laborieux, je crus même que j’allais tourner de l’œil à un moment, à cause de la douleur. Les deux hommes avaient l’air tellement pressés de se débarrasser de moi qu’ils furent complètement indifférent à mes demandes de faire une pause. Une fois arrivé, ils me déposèrent délicatement sur une table, bien plus précautionneux maintenant que l’infirmière les voyait que pendant le trajet. J’avais le cœur au bord des lèvres, ma tête tournait et mon torse était serré par la douleur, rendant ma respiration rapide et laborieuse. Les hommes qui m’avaient attaqué n’y étaient pas allés de main morte. La jeune femme renvoya les deux professeurs qui ne demandèrent pas leur reste pour filer avant de se tourner vers moi, m’ordonnant en quelque sorte de me laisser l’examiner si je ne voulais pas finir à l’hôpital. Je n’ajoutais rien, essayant juste de rester conscient. J’espérais juste que mon corps n’allait pas faire des siennes rien qu’au fait que la jeune femme puisse laisser ses mains courir sur moi. Mais cette idée me sortit immédiatement de la tête car la douleur occulta tout le reste. Je serrais à nouveau les dents, laissant quelques grimaces de douleur dévoiler que je souffrais. Elle cessa ses palpations et je hochais simplement la tête, la laissant faire ce qu’elle voulait. Je gardais le silence, n’arrivant pas à desserrer les dents. Elle revint cependant avec des cotons et ajouta que ça risquait de piquer un peu. Elle en posa d’abord un sur ma lèvre fendue et je fermais les yeux. J’avais plus l’impression que le produit me brûlait, ajoutant encore un peu plus de douleur… Comme si j’avais besoin de ça. Alors qu’elle en posait un nouveau sur ma joue, elle me demanda qui pouvait bien m’avoir mis dans cet état. Je voulus hausser les épaules mais une fulgurante douleur dans les côtes me fit comprendre que ce n’était pas une bonne idée. Je grimaçais à nouveau avant de réussir à parler. « Je n’en sais rien… Ils ont attaqué par derrière, comme des lâches… Mais j’ai ma petite idée. » Je soupçonnais le jeune élève d’avoir prévenu des amis à lui, voyant que je refusais de remonter sa note. Et si c’était ça, il allait certainement entendre parler de moi. Je me saisis doucement de la main de la jeune femme, l’écartant de mon visage. Ce n’était pas le fait que son produit de malheur me faisait mal mais sa proximité était très troublante. « Ne vous embêtez pas, je peux faire ça chez moi. Et même si ça s’infecte, dites-vous que vous serez débarrassé de moi pour un moment… Faites-moi juste un bandage, que je puisse rentrer chez moi… » Je n’avais pas changé d’avis, je comptais bien rentrer chez moi dès que cette histoire serait terminée. Ma tête me tournait toujours et je fermais les yeux, essayant de respirer le mieux possible pour ne pas perdre connaissance.
(c) DΛNDELION

_________________


Baby, you're all that I want
When you're lyin' here in my arms
I'm findin' it hard to believe
We're in heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Je veux partir d'ici.

avatar


Messages : 79
Date d'inscription : 22/09/2017

MessageSujet: Re: I hurt myself today ♥ Saskia Ven 13 Oct - 22:15

I Hurt Myself TodayEthia ♥️Palpant les côtes d’Ethan, je ne peux m’empêcher d’être énervée. Je ne sais pas qui a fait ça, mais peu importe l’âge, le gabarit, le nombre, je ne me priverais pas pour leur botter le cul. Autant je le déteste autant, je n’apprécie pas qu’on le blesse. C’est moi qui éprouve la douleur de ses erreurs passées, à moi de lui faire payer. Le prévenant de mon attention, je recule mon tabouret et me détourne, voulant cacher par la même occasion le trouble qui me hante. J’ai juste envie de le prendre dans mes bras, d’absorber sa douleur pour effacer ses traits crispés. Et pourtant, une partie est contente qu’il souffre. Alors même si ce n’est que physique, c’est déjà mieux que rien. Attrapant du coton et du désinfectant, je me remets à ses côtés, ayant repris le contrôle de moi-même. Le prévenant que ça peut piquer, je commence par sa lèvre, ce qui est peut-être une mauvaise idée. Même à travers le coton, j’ai l’impression de pouvoir sentir sa douceur et sa chaleur. Chose qui n’est absolument pas possible. Continuant, je prends un second coton, afin de désinfecter sa joue. Il va avoir une belle marque. Ce qui me chagrine, car j’aime admirer ses traits, surtout lorsqu’il est concentré dans quelque chose. Quand il corrige ses copies, j’aime l’observer discrètement, pendant quelques minutes. Il faut vraiment que j’arrête avec ça ! Il grimace de nouveau, ce qui me rend soucieuse, reprenant mon rôle complet d’infirmière. J’ai peur que ça ne soit plus grave que prévu … Me reculant pour planter mon regard dans le sien, je hausse un sourcil, tout en me mordillant la lèvre inférieure. Puis je reprends ma tâche. « Vous voulez dire que vous pensez savoir ? De qui s’agit-il ? Il faut faire un rapport. Ça ne doit pas rester impuni. » Avant que je ne puisse continuer de désinfecter sa plaie, sa main entoure mon poignet, pour arrêter mon geste. Je ressens comme des picotements, des décharges électriques même, mais je fais comme si de rien n’était. Je le regarde et je me dis qu’il a dû pendre un sacré coup sur la tête. A moins qu’il se prenne pour un clown ? « Vous vous moquez de moi j’espère ? Déjà premièrement, si je devais me débarrasser de vous, ça serait à la loyale. Et deuxièmement, vous comptez rentrer comment ? Avec votre moto ? Vous voulez rire j’espère ! » Mais apparemment, il compte réellement rentrer chez lui. Encore plus idiot que je ne le pensais. Soupirant, je sais pourtant comment je vais faire pour lui montrer que ce n’est pas raisonnable. Reprenant place sur mon tabouret, ça me manque déjà de ne plus avoir ses yeux réellement dans les miens. Lorsque j’étais debout et lui assit, on avait presque la même taille. J’ai toujours aimé être plus petite, mais parfois, j’aime vraiment pouvoir le regarder correctement. « Très bien, je vais vous faire votre bandage et vous pourrez rentrer chez vous. Enlevez votre t-shirt. » Et qu’est-ce que j’aime quand il porte du rouge ! Le laissant galérer quelques minutes, je me redresse ensuite pour l’aider. Glissant mes doigts sur le bord du t-shirt, ils frôlent sa peau, ses abdos. Avalant ma salive, je me dépêche de lui enlever, avant de faire quelque chose que je pourrai regretter. « Incapable de vous déshabillez seul et vous voulez rentrer … » Sans attendre de réponse, j’attrape les bandes et aussi délicatement que possible, les enroule autour de son torse. Je repense au mal qu’il m’a fait pour éviter de penser à la sensation de mes doigts sur sa peau. Ayant terminé, je me recule et là je sais qu’il ne pourra pas y arriver, pas avec sa douleur. « Si vous arrivez à vous tenir debout et à marcher jusqu’à mon bureau et revenir, sans grimacer, je vous laisserai rentrer chez vous. Sinon, vous dormirez ici, dans la chambre d’à côté. »
©️ Crimson Day

_________________

Ce que nous étions, sommes et serons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Je ne sais pas où je suis.

avatar


Messages : 59
Date d'inscription : 20/09/2017

MessageSujet: Re: I hurt myself today ♥ Saskia Dim 15 Oct - 11:26



   
I hurt myself today
Saskia & Ethan

   
« I would hold you in my arms I would take the pain away Thank you for all you've done Forgive all your mistakes There's nothing I wouldn't do To hear your voice again Sometimes I wanna call you But I know you won't be there »
J’allais devoir avoir une discussion avec le jeune élève à qui j’avais refusé de remonter la note. Je savais qu’il avait un grand frère aux enfers et il y avait fort à parier qu’il lui avait demandé d’intercéder en sa faveur pour que j’accepte finalement… Sauf que vu l’état dans lequel j’étais, il était plus probable que non seulement je ne relève pas sa note, que je ne lui propose même pas un contrôle de rattrapage mais qu’en plus, il se fasse virer un temps du lycée… Il aurait tout gagné le bougre. Et moi aussi, j’avais gagné le gros lot… Me faire ainsi ausculter par la jeune infirmière était une réelle torture. Pas parce que je souffrais, même si cela en faisait partie, mais bel et bien parce que les mains de la jeune femme sur mon corps me faisaient de l’effet. Mais vue comment je souffrais, mon corps était incapable d’y réagir. Elle enchaina presque immédiatement sur le coupable de mon agression et je soupirais légèrement. « Un de mes élèves de seconde m’a demandé de remonter sa note à son dernier contrôle. J’ai refusé alors il a certainement dû appeler le grand frère pour donner du poids à son argument… » C’était la seule hypothèse logique et valable que je trouvais à mon passage à tabac. Après tout, je n’avais pas été volé, ma montre était toujours à mon poignet, mon argent liquide dans mon portefeuille et même ma moto m’attendait sagement sur le parking du lycée. Non, pour moi, c’était la seule explication logique. Je finis par écarter sa main de mon visage, impossible de passer outre la proximité de la jeune femme. Je voulais juste rentrer chez moi, dormir et aller chez le médecin le lendemain matin si j’avais toujours aussi mal. Mais apparemment, Mademoiselle Müller n’était pas de cet avis. Sauf que ce qu’elle ajouta quand je repris la parole me laissa pour le moins perplexe. Elle acceptait réellement que je rentre chez moi après mon bandage fait? Je soupirais, rassuré à cette idée. Elle me demanda d’enlever mon t-shirt et malgré mes nombreux essais, je ne pouvais m’empêcher de grimacer dès que je faisais le moindre mouvement. Elle revint vers moi et en profita pour appuyer un peu plus avec ses mots sur mon idée de rentrer chez moi. Je fermais les yeux alors qu’elle m’aidait à enlever mon t-shirt. Dans un autre contexte, je me serais certainement redressé pour l’embrasser. Mais déjà, la jeune femme me détestait alors je risquais fortement de me prendre un coup si j’osais ne serait-ce qu’émettre l’hypothèse de l’embrasser. Et ensuite, rien que le fait de respirer était douloureux alors me redresser seul, à la seul force de mon corps, je n’osais même pas imaginer. Une fois torse nu devant la jeune femme, je rouvris les yeux tout en prenant bien soin de ne jamais la regarder. Non, parce qu’à défaut de me redresser, je pouvais toujours la forcer à se pencher pour que je puisse l’embrasser… Je n’aurais jamais dû avoir cette idée, elle allait me torturer pendant tout le temps qu’allait durer la mise en place du bandage. Une fois le bandage terminé, elle se recula et me mit alors à l’épreuve. J’aurais dû m’en douter qu’elle allait me faire un coup pareil, qu’elle n’allait pas jouer à la régulière. Je levais les yeux au ciel en soupirant. « Vous ne vous battez pas à la loyale apparemment Mademoiselle Müller… » Mais soit, elle voulait que je lui prouve que j’étais capable de me lever et de marcher? Très bien, challenge accepted. M’asseyant au bord de la table, je pris quelques secondes pour me stabiliser, la tête tournant comme une toupie. Je posais mes pieds au sol avant de me lever, tanguant dangereusement sur mes jambes. Me sentant suffisamment à l’aise sur mes jambes, je réussis à faire quelque pas avant qu’un vertige ne me fasse vaciller. Je dus prendre appui sur le bureau de la jeune femme pour ne pas tomber. J’avais la tête qui tournait furieusement, une douloureuse impression de coton dans les oreilles et ma vision se troublait… Je devais m’asseoir sinon j’allais tomber dans les pommes. Je savais reconnaître les symptômes d’un malaise. « Bon, d’accord, va pour la chambre d’à côté… » Bordel, elle m’avait bien eu pour le coup la saleté. Mais en même temps, je devais reconnaître une chose… Elle avait bien fait de me mettre à l’épreuve. Je n’osais imaginer les conséquences qu’un tel malaise aurait pu avoir si je l’avais eu sur ma moto… Mais hors de question de le reconnaître, encore moins devant la jeune femme.
(c) DΛNDELION

_________________


Baby, you're all that I want
When you're lyin' here in my arms
I'm findin' it hard to believe
We're in heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Je veux partir d'ici.

avatar


Messages : 79
Date d'inscription : 22/09/2017

MessageSujet: Re: I hurt myself today ♥ Saskia Dim 15 Oct - 22:05

I Hurt Myself TodayEthia ♥️Tout en faisant son bandage, je repense à tout le mal qu’il m’a fait mais également à ce qu’il m’a dit. Depuis quand on tabasse un prof, parce qu’il refuse de nous remonter notre note. C’est quoi cette mentalité ? Franchement, je trouve ça inadmissible. Et vu qu’Ethan n’a pas l’air de vouloir faire un rapport, du moins j’en ai l’impression, j’irai signaler l’incident moi-même. Hors de question que je le retrouve amoché une seconde fois, surtout pour une histoire de note ! Me reculant, une fois ma tâche accomplie, je le mets au défi. Je veux qu’il comprenne par lui-même, vu que monsieur est une vraie tête de mule, ça au moins ça n’a pas changé,  qu’il ne peut pas rentrer seul. Et encore moins en moto. Même si je dois avouer que l’idée de le voir rouler un tel bolide me plait.  « Je ne joue jamais à la loyale, lorsqu’il s’agit de la survie de mes patients, monsieur Mcgarett. » Et encore plus lorsque ça le concernait. Le regardant se lever,  je vois bien qu’il souffre. Mais il n’a pas encore compris apparemment … Le laissant marcher, je ne le quitte pas une seule seconde du regard. Une boule se forme dans mon ventre, à force de le voir souffrir. Pourtant il le mérite mais quand même ! Lorsque je le vois tanguer, je me redresse d’un bond. Heureusement, il se rattrape à mon bureau et je ne peux m’empêcher de soupirer de soulagement. Je serais arrivée trop tard s’il était tombé … L’entendant me parler de la chambre d’à côté, je sais que j’ai gagné. Inspirant pour me redonner contenance, je m’avance à sa rencontre. Passant un bras autour de sa taille et glissant son bras sur mon épaule, je me concentre sur ma tâche et non sur les sensations que ça fait naître en moi. « Mettez votre fierté de côté. » Pas la peine qu’il rechigne, je ne lui laisse pas le choix. Marchant doucement à ses côtés, j’ouvre la porte de la chambre d’une main, avant de le conduire vers le lit. Le laissant s’asseoir, je me penche pour allumer la petite lampe de chevet. Pas besoin qu’on soit ébloui non plus. « Je vais vous chercher votre t-shirt, pour que vous l’ayez pour demain matin. Vous n’avez qu’à enlever votre jean et vos chaussures, pendant ce temps. » Me détournant, je vais dans l’autre pièce. Prenant son t-shirt dans mes mains, je ne peux m’empêcher de le poser sur mon visage. Toujours la même odeur. Les larmes me montent aux yeux … qu’est-ce que j’aimerai que tout redevienne comme avant. Me reprenant, me disant qu’il doit avoir terminé et être sous le drap, je retourne dans la pièce. Malheureusement, lorsque j’arrive, je le vois avec les traits crispés, une seule chaussure enlevée. Posant son t-shirt aux pieds du lit, je le regarde et pose ma main sur son épaule, dans un geste tendre. « Laissez. » M’abaissant, je retire sa chaussure. Le plus compliqué, c’est le pantalon … mais il faut que je lui enlève, avec que la circulation se fasse correctement. Inspirant, je détourne le regard, rougissant légèrement, m’en voulant de montrer qu’il me fait de l’effet. Défaisant le bouton, je laisse mes mains glissaient et une fois chose faite, je me redresse immédiatement. Pointant mon doigt sur lui, je le regarde avec autorité. « Au lit maintenant. » Une fois qu’il est allongé, je m’approche et attrape le bras, pour le border. Me rendant compte de mon geste, je m’éclipse immédiatement, en balançant vaguement, « bonne nuit ! ». Mais quelques minutes plus tard, toujours debout devant la porte, je me dis qu’il a peut-être froid. Attrapant ma couverture, je pousse doucement  la porte, pour ne pas le réveiller. L’étendant sur lui, je ne peux m’empêcher de passer une main dans ses cheveux, alors que je le pense endormi. Une larme coule sur ma joue et je l’essuie bien vite. Avant que je ne puisse comprendre, je m’allonge doucement à ses côtés, après avoir retiré mes baskets. De toute façon, je dors tellement mal, que je serai réveillée avant lui, il n’en saura rien … Fermant les yeux, prête à dormir, je me blottie contre son dos, passant ma main sur son torse. Il m’a tellement manqué …
©️ Crimson Day

_________________

Ce que nous étions, sommes et serons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Je ne sais pas où je suis.

avatar


Messages : 59
Date d'inscription : 20/09/2017

MessageSujet: Re: I hurt myself today ♥ Saskia Lun 16 Oct - 14:03



   
I hurt myself today
Saskia & Ethan

   
« I would hold you in my arms I would take the pain away Thank you for all you've done Forgive all your mistakes There's nothing I wouldn't do To hear your voice again Sometimes I wanna call you But I know you won't be there »
J’aurais pensé qu’il aurait été difficile de penser à autre chose qu’aux mains de la jeune femme sur mon torse, en train de faire son bandage… Mais la douleur me rappela rapidement à l’ordre et je ne pensais plus qu’à elle, complètement indifférent aux mains de la belle blonde. J’eus l’impression que le bandage mettait une éternité à être mis en place mais cela fut cependant bien plus rapide que ce que je pensais. Mais alors que je pensais pouvoir rentrer chez moi, la jeune femme me demanda de marcher seul, me mettant au défi de réussir si je voulais rentrer chez moi. Je ne pus m’empêcher de lui dire que ce n’était pas loyal mais exécutant quand même sa demande. Je fus à peine arrivé au bureau que je sentis un malaise me prendre et je dus me tenir au bureau de la jeune femme pour ne pas me vautrer par terre. D’accord, il fallait que je me rende à l’évidence, la jeune femme avait raison, je ne pourrais pas rentrer chez moi ce soir. Et clairement, c’était bien chiant. Parce que j’aimais être chez moi et je n’étais pas spécialement rassuré que ma moto passe la nuit dehors, sur le parking des professeurs. Oui, c’était ridicule, j’étais blessé mais je pensais à ma moto. Je comptais bien aller à la chambre tout seul mais je sentis rapidement Mademoiselle Müller glisser un bras autour de ma taille et s’installer sous le mien. J’avais envie de l’envoyer voir ailleurs si j’y étais, pas spécialement à l’aise avec l’idée qu’elle m’aide alors que j’étais blessé. Ma fierté d’homme en prenait un coup, honnêtement. Elle me demanda d’ailleurs de la mettre de côté et je grognais plus qu’autre chose pour toute réponse. On prit notre temps pour rejoindre la pièce et ce n’était pas désagréable quand on savait que j’avais été emmené en un temps record à l’infirmerie par deux hommes pressés de se débarrasser de moi. Elle me déposa sur le lit, ajoutant qu’elle allait chercher mon t-shirt le temps que j’enlève mes chaussures et mon jean. J’entrepris de vouloir me déshabiller pour me glisser sous le drap, histoire de dormir un peu quand même… Sauf que la douleur m’empêchait de me pencher de trop, si bien que je n’avais réussi qu’à enlever une seule chaussure lorsque l’infirmière revint dans la chambre. Elle s’occupa elle-même de m’enlever ma chaussure et j’allais lui dire que ce n’était pas la peine de m’aider pour le jean, je pourrais dormir avec quand elle s’y attaqua. Alors là, garder le contrôle de mon corps fut pour le moins difficile, très difficile. Je n’avais pas la douleur pour me changer les idées et je dus détourner le regard pour éviter de fixer la jeune femme… Parce que douleur ou pas douleur, j’aurais tout à fait été capable de la plaquer sur le lit pour lui montrer l’état dans lequel elle me mettait… Quitte à me prendre une gifle ou un coup dans les côtes. Je pus finalement me glisser sous le drap et je fus étonné qu’elle prenne autant de précaution avec moi, allant jusqu’à me border. Elle dut s’en rendre compte car elle fila sans demander son reste. Je me glissais sur le côté, réussissant à trouver une position plus confortable que sur le dos. Je pensais ne pas tarder à m’endormir mais le sommeil fut plus long à venir que ce que je pensais. Alors que je croyais la jeune femme partie, la porte de la chambre se rouvrit, certainement elle qui revenait. J’étais trop fatigué pour ouvrir les yeux et vérifier que c’était bien le cas. Je sentis le poids d’une couverture me tomber dessus alors qu’une main se glissait dans mes cheveux. Non, c’était impossible, ce ne pouvait pas être Mademoiselle Müller. La personne finit par se glisser dans mon dos, avant qu’une main ne vienne se poser sur mon torse. Et pour avoir tenu cette main déjà une fois, je reconnus parfaitement celle de la jolie infirmière. Ne surtout pas bouger, elle serait capable de s’enfuir tel un moineau effrayé. Même si ce n’était pas spécialement droit ce que je faisais, je ne pouvais m’empêcher de vouloir qu’elle reste. Je ne tardais pas à m’endormir, la douleur servant de somnifère.

Des images défilaient devant mes yeux, des images que je ne comprenais pas. Je voyais une jeune fille blonde, elle ne devait pas avoir plus de quinze ans. J’avais envie d’aller lui parler mais elle prit la fuite avant même que l’on ait échangé une parole. J’étais dans la forêt, il neigeait et je revis la jeune femme, elle semblait avoir grandi. Nous étions amis désormais mais je ne pus m’empêcher de l’embrasser, lui faisant comprendre que je l’aimais plus que comme un simple ami. Et pour finir, je reconnus cette chevelure blonde, sur le buché. Je voyais les flammes lécher son corps et j’entendais ses hurlements de douleur. Je ne voyais pas son visage, je n’arrivais pas à savoir qui elle était. Ces images, ce n’était pas la première fois que je les voyais dans mes rêves mais je n’avais jamais compris ce que c’était. Des souvenirs? Des divagations de mon cerveau? Je commençais doucement à me réveiller, sentant une présence contre mon torse. Je m’étais retourné dans la nuit, prenant la jeune femme dans mes bras. J’étais encore dans les vapes mais cette sensation ne m’était pas inconnue, je l’avais déjà ressenti de mon vivant, avant que je ne rejoigne le monde d’Hadès, je le savais. Et étrangement, il n’y avait qu’un nom qui me venait en tête quand je pensais à cela: Saskia Müller… Sauf que c’était impossible que l’on ait déjà vécu une chose pareille elle et moi. Une de mes mains remonta jusqu’au visage de la jeune femme et je glissais une main dans ses cheveux avant qu’elle ne vienne se poser sur sa joue. Je ne pus alors m’empêcher de poser mes lèvres sur les siennes, soupirant une fois que ce fut fait. Je reconnaissais ces lèvres, elles avaient déjà été contre les miennes. Je resserrais mon bras autour du corps endormi contre le mien, plaquant un peu plus la jeune femme contre moi.
(c) DΛNDELION

_________________


Baby, you're all that I want
When you're lyin' here in my arms
I'm findin' it hard to believe
We're in heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Je veux partir d'ici.

avatar


Messages : 79
Date d'inscription : 22/09/2017

MessageSujet: Re: I hurt myself today ♥ Saskia Lun 16 Oct - 21:45

I Hurt Myself TodayEthia ♥️Me glissant dans le petit lit, je ne peux me dire que c’est mal. Je ne peux pas être certaine qu’il ne se réveillera pas. Pourtant, il ne doit pas découvrir que j’ai dormi avec lui ! Il se ferait des films et ce n’est pas la peine de rajouter des regards détournés et un sentiment de malaise. Pourtant, ma tête ne peut surpasser mon cœur, et je me glisse à ses côtés, complètement habillée. Au moins, quand je me lèverais avant qu’il ne se réveille, il pensera que j’ai dormi à mon bureau et c’est ce qui m’importe. Relevant la couette sur mon épaule, je glisse ensuite aussi délicatement que possible, ma main sur son torse. Je ne veux pas le réveiller. Ecoutant sa respiration, je veux surtout vérifier qu’il ne s’est pas rendu compte de ma réponse. Apparemment, ce n’est pas le cas. Posant ma tête sur le petit morceau d’oreiller qu’il reste, je ne peux m’empêcher de prendre une profonde inspiration pour respirer son odeur qui m’a tant manqué. Glissant mon front entre ses omoplates, je sens un frisson me parcourir l’échine. J’ai envie d’appuyer mes lèvres sur son épaule, mais je n’ose pas, de peur de le réveiller. Fermant les yeux, je sens tous mes muscles qui se détendent. Surement une première en sa présence. Sentant les bras de Morphée qui m’enveloppent, je tente de lutter contre le sommeil. Il ne faut pas que je dorme profondément, même si ce n’est pas arrivé depuis bien longtemps, pour qu’il ne sache rien de ce moment.

Sentant des bras autour de moi, je me dis qu’il s’agit d’un rêve. Ca ne peut être que ça de toute manière. Collant mon corps un peu plus contre la source de chaleur, je soupire doucement. Puis je me rends compte que tout ça est familier. Trop familier. Mon cœur se met à battre la chamade. Ouvrant une paupière avec précaution, je me rends compte de la situation. J’ai dormi trop profondément. Ethan a bougé cette nuit et son bras s’est enroulé de moi. Merde. Voyant qu’il a les paupières fermées, j’en déduis donc qu’il dort. Enfin une bonne nouvelle. Bougeant légèrement, je ne peux pas fuir, pour l’instant. Attrapant son bras du bout des doigts, je le soulève tel un pantin, je posant sur son flanc. Me retournant, je me lève sans bruit. En équilibre, j’enfile mes chaussures que j’ai laissées en plan hier soir. Passant mes doigts dans mes cheveux pour les démêler, j’entends soudain un bruit. Il faut que je fuie ! Voulant partir, sa main se pose sur mon poignet, m’empêchant de quitter la pièce, comme je l’aimerai. Sentant mes joues rougir sous la gêne, je n’ose même pas me retourner pour le regarder dans les yeux. « Lâchez-moi …. S’il vous plait … » Je savais que me coucher à ses côtés était une mauvaise, mais alors très mauvaise, idée. Pourtant, maintenant qu’il est réveillé, je ne peux plus fuir. Peut-être que je peux dire que j’ai dormi sur le sol ? Non mauvaise idée. S’il s’est réveillé là, c’est qu’il a senti que j’avais quitté le lit. Avalant difficilement ma salive, je joue nerveusement avec les manches de mon pull, les faisant glisser sur mes mains, comme pour les cacher. Me tournant vers lui après avoir pris une grande inspiration pas très discrète, je ne peux pas le regarder dans les yeux. « Monsieur Mcgarett, ce n’est pas ce que vous croyez … Je … Il n’y a pas d’autre lit et … Non enfin ça ne change rien. » Je m’embrouille moi-même et ça m’énerve. J’aimerai tellement pouvoir arrêter de le détester. Me détournant, je sens que les larmes ne sont pas loin. C’est tellement fatiguant de lutter contre lui …
©️ Crimson Day

_________________

Ce que nous étions, sommes et serons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Je ne sais pas où je suis.

avatar


Messages : 59
Date d'inscription : 20/09/2017

MessageSujet: Re: I hurt myself today ♥ Saskia Lun 16 Oct - 22:29



   
I hurt myself today
Saskia & Ethan

   
« I would hold you in my arms I would take the pain away Thank you for all you've done Forgive all your mistakes There's nothing I wouldn't do To hear your voice again Sometimes I wanna call you But I know you won't be there »
Je me sentais bien ainsi contre la jeune femme même si ce n’était qu’un rêve. J’avais l’impression que tout cela était réel mais ce ne pouvait pas être le cas étant donné qu’elle me détestait cordialement. Elle ne pouvait pas avoir dormi contre moi-même si je rêvais de cela… Pensant être toujours dans un rêve, je ne pus m’empêcher de caresser délicatement ses cheveux avant de glisser ma main sur sa joue, déposant mes lèvres sur les siennes. Sauf que rapidement, la jeune femme se mit à bouger, me faisant comprendre petit à petit que ce n’était pas un rêve. Je rompis rapidement le contact entre nos lèvres, ne voulant pas qu’elle m’accuse de profiter d’elle alors qu’elle dormait. J’avais déjà suffisamment de problème comme cela. Je fis alors semblant de dormir, gardant cependant Mademoiselle Müller dans mes bras. Je voulais profiter encore un petit peu de sa présence complètement inespéré entre mes bras, juste encore quelques secondes. Mais elle sembla en décider autrement. En même temps, rien d’étonnant étant donné ses réactions épidermiques dès que je me trouvais près d’elle. Elle écarta mon bras, le posant contre moi avant de filer du lit. J’eus soudain froid et une sensation de manque s’empara de moi. Je fus incapable de rester ainsi plus longtemps, attrapant son poignet doucement. Je ne voulais pas qu’elle parte, je voulais qu’elle reste près de moi, que l’on puisse discuter enfin tous les deux. Elle me demanda de la lâcher mais je n’en fis rien, me redressant doucement dans le lit. Je ne comptais pas la lâcher, pas alors que l’on avait dormi dans le même lit. Sauf que ce qu’elle ajouta me fit mal… J’avais pensé qu’elle c’était inquiétée pour moi, voulant garder un œil sur moi pendant ma nuit pour être sûre que mon état ne risquait pas de se dégrader… Mais c’était uniquement pour le lit qu’elle était venue ici, dans cette chambre, qu’elle avait dormi avec moi. J’aurais dû rentrer chez moi, quitte à faire un malaise sur la route. Parce que la douleur de ce moment aurait certainement été moins douloureuse que celle que je ressentais actuellement. Je soupirais avant de relâcher la main de la jeune femme, lui rendant sa liberté. « Désolé de vous avoir retenu ici… Vous auriez sûrement préféré dormir chez vous plutôt qu’ici, avec quelqu’un que vous détester. Quelqu’un qui ignore parfaitement pourquoi c’est le cas d’ailleurs. » Bordel, j’avais envie de me coller des baffes à ainsi tendre le bâton pour me faire battre. Mais c’était encore à moitié endormi, je n’avais pas de filtre entre ce que je disais et ce que je pensais… Elle avait eu beau me dire qu’elle ne m’appréciait pas, cela durait depuis tellement de temps maintenant que je me doutais que j’avais dû lui faire du mal, même inconsciemment. Je finis par poser mes yeux sur la jeune femme, espérant qu’elle se retourne pour me parler.
(c) DΛNDELION

_________________


Baby, you're all that I want
When you're lyin' here in my arms
I'm findin' it hard to believe
We're in heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Je veux partir d'ici.

avatar


Messages : 79
Date d'inscription : 22/09/2017

MessageSujet: Re: I hurt myself today ♥ Saskia Lun 16 Oct - 22:59

I Hurt Myself TodayEthia ♥️Je ne voulais pas rester dans la pièce, n’étant pas sûre de mon comportement à venir. Avoir dormi contre lui, avais mis mes désirs à rude épreuve, et bien plus encore. Je voulais tellement retrouver l’ancien Ethan … Mais dès que l’idée effleurait mon esprit, je me rappelais le mal qu’il m’avait fait. Le mal qu’il nous avait fait. Jouant nerveusement avec les manches de mon pull, je me demande comment je vais pouvoir affronter son regard. Sa main est toujours sur ma peau, malgré le fait que je lui ai demandé de me lâcher. Je pourrai sans souci retirer mon bras, vu qu’il ne sert pas. Mais en réalité, je n’en ai pas si envie que ça. Fermant les yeux, luttant contre les larmes qui menacent de couler, je me mords la lèvre pour garder le contrôle. Je ne dois pas être faible devant lui. Mais qu’on est dormis dans le même lit, que ce soit le matin, je n’arrive pas à aligner deux pensées cohérentes. Soupirant, je le sens qui relâche ma main dès que j’ai fini de parler, en lui disant que ça ne change rien. Il ne faut pas que ça change. Frissonnant face à ses mots, je sais que je ne vais pas pouvoir cacher la vérité encore pendant des siècles. Je ne peux nier cette attirance qui nous attire l’un à l’autre et pourtant, le poids du passé nous empêche de nous rapprocher complètement … Après avoir avalé ma salive, je me force à me tourner vers lui et tente d’ignorer mon envie de prendre mes jambes à mon cou et de partir loin d’ici. « Je ne vous détes … enfin c’est vraiment trop compliqué. » Mais je vois bien qu’il veut des réponses. Et je ne pourrai pas éviter le sujet éternellement … J’ai déjà réussi à le faire pendant plusieurs siècles. Passant une main dans mes cheveux, je me recule le plus loin possible. Mon dos cogne contre le mur avant que je ne me laisse glisser sur le sol. Remontant mes genoux contre ma poitrine, je me demande pas où je vais commencer… Peut-être par le début, mais ça serait le mieux. Jouant de nouveau avec mon pull, je lui fais signe de s’asseoir. Pas envie qu’il fasse un malaise avec ce que je vais lui dire. « On … On se connaissait avant notre mort … Amis, puis … plus qu’amis. Ma famille n’était pas très bien vue, pour ne pas dire pas du tout mais … vous vous en moquiez. Enfin, on se voyait en cachette mais c’était des moments agréables. » Replonger dans tous ces souvenirs me fait mal. Mais vu qu’il veut savoir, autant que je lui dise. Mais fans le fond, est-il réellement capable d’accepter la vérité ? « On a vécu de beaux moments … Puis vous m’avez quitté comme une moins que rien et j’ai été accusée de sorcellerie et je suis morte. » Finalement, je ne veux pas dire la vérité. La fin de l’histoire. Je ne suis pas certaine qu’il soit capable de l’accepter. Je veux toujours le protéger, malgré tout ce qui a pu se passer… Puis le voir si faible dans l’herbe hier soir, m’a montré ô combien il n’était pas invincible. Fixant toujours ma main, je me dis qu’il est temps de conclure. « Je ne vous déteste pas, monsieur Mcgarett. Mais vous m’aviez blessé à l’époque en me quittant comme une moins que rien. Mais c’est du passé à présent. Après tout, il n’y a rien entre nous, n’est-ce pas ? Vous allez pouvoir rentrer chez vous d’ailleurs, je suis certaine que vous n’attendez que ça. » Enfin pour ma part, dès que j’aurai réussi à passer au-dessus de mes sentiments. Me redressant, je croise les bras sur ma poitrine, vu que je ne peux pas fuir ou quelque chose me dit qu’il me bloquerait la sortie.
©️ Crimson Day

_________________

Ce que nous étions, sommes et serons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Je ne sais pas où je suis.

avatar


Messages : 59
Date d'inscription : 20/09/2017

MessageSujet: Re: I hurt myself today ♥ Saskia Lun 16 Oct - 23:37



   
I hurt myself today
Saskia & Ethan

   
« I would hold you in my arms I would take the pain away Thank you for all you've done Forgive all your mistakes There's nothing I wouldn't do To hear your voice again Sometimes I wanna call you But I know you won't be there »
J’avais réellement besoin d’explications maintenant, qu’elle m’explique pourquoi elle réagissait ainsi avec moi. Je ne pouvais pas croire qu’elle soit aussi désagréable, aussi blessante avec moi juste parce que ma tête ne lui revenait pas. Je savais que je n’avais pas le look typique des mannequins des magazines de mode mais quand même. Elle prit la parole, me disant que de toute façon, cela ne changerait rien. J’aurais quand même aimé qu’elle m’explique comment elle avait réussi à dormir avec un homme qu’elle déteste… Je ne peux m’empêcher de lui faire part de mes pensées, regardant difficilement dans sa direction, me souvenant parfaitement de la sensation de ses lèvres sur les miennes. Et elle ne semblait même pas se souvenir de ça. Ou alors, elle évitait d’en parler pour ne pas avoir à me coller son poing dans la figure. Oui, c’était plus possiblement cette dernière possibilité. Mais elle semblait avoir compris que j’avais finalement besoin d’avoir de vraies réponses et elle commença à m’expliquer. Et plus elle parlait, plus j’avais l’impression de me décomposer. Comment ça nous nous étions connus avant notre mort? J’avais réellement été le salaud qu’elle décrivait? Apparemment vu qu’elle ne semblait pas m’avoir pardonné. Bordel, j’avais touché le bonheur du bout des doigts et je l’avais rejeté… Et dire que je donnerais tout pour retrouver cette relation avec la jeune femme. Mais je devais me rendre à l’évidence qu’elle ne me laisserait jamais l’approcher. Je me sentais mal mais ce fut rien comparé à ce qu’elle ajouta. Si seulement elle savait qu’en réalité, j’étais fou amoureux d’elle, malgré tout ce qu’elle me faisait endurer. Mais je l’aimais suffisamment pour ne rien lui dire, faire passer mon amour après elle. « Vous avez certainement raison, il n’y a rien… » Et pourtant, je laissais planer le doute avec mes paroles. S’il n’y avait clairement rien de sa part, ce n’était pas mon cas. En tout cas, j’avais le champ libre pour rentrer chez moi désormais… Mais je n’en avais plus spécialement aussi envie désormais. Mais je savais que c’était le mieux à faire. Je hochais donc la tête en me relevant du lit, un peu moins douloureux que la veille. « Vous avez raison, je vais rentrer chez moi. C’est… Le mieux à faire. » Je réussis à me rhabiller seul, en prenant mon temps. Je quittais l’infirmerie, jetant un ultime regard au bâtiment avant de rejoindre ma moto et rentrer chez moi.
(c) DΛNDELION

_________________


Baby, you're all that I want
When you're lyin' here in my arms
I'm findin' it hard to believe
We're in heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I hurt myself today ♥ Saskia

Revenir en haut Aller en bas
I hurt myself today ♥ Saskia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [SOFT] SECOND TODAY / WEATHERPANEL : La Météo qu'il vous faut! [Gratuit]
» [TUTO] Configurer Second Today
» [REQUETE] Equivalent de Second Today pour TF3D2 et Titanium !!!
» military today
» [Noort, Saskia] Petits meurtres entre voisins

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life After Death :: Hadès Town :: Quartier Zeus :: Le lycée-
Sauter vers: