Partagez|

Ferme les yeux et imagine toi (PV Maximilian Sullivan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Je veux partir d'ici.

avatar


Messages : 29
Date d'inscription : 14/03/2017

MessageSujet: Ferme les yeux et imagine toi (PV Maximilian Sullivan) Sam 18 Mar - 14:53

Écoutant, les clients du café qui veulent simplement parler de leur inquiétude au sujet de leurs proches encore vivants. Haytam essuie avec un torchon une tasse qui vient tous juste de laver, en regardant tour à tour les clients qui viennent de se rassembler autour de lui. Comme pour écouter ce qu'il a à dire, ils se rassemblent tous autour du comptoir assistant Haytam qui commence en avoir rallé bol de dire toujours la même chose aux mêmes personnes qui se présente devant lui... Fatigué, énervé, le jeune Mohwak reposa son torchon, sa tasse et frappa d'un seul coup de poing le comptoir pour calmer ainsi les clients agités. Ca à marché, ils se sont tous calmé devant lui se taisant et reculèrent pour lui laisser de l'espace. Ainsi, notre jeune indien peut de nouveau souffler et continuer son travail tous en gardant le silence.

Quelques heures plus tard, après qu'il a servi beaucoup de client, encaisser l'argent, nettoyer ses tasses, ses petites assiettes et essuyer le comptoir. Il regarde l'heure sur la pendule accrocher au mur, oh il se rend compte qu'il lui reste encore une petite heure avant de fermer le café avant de rentrer chez lui. Il se stop après avoir tous rangé suivant du regard les derniers clients sortir de l'établissement. Encore une bonne journée bien remplie au travail, il prend plaisir à travailler même si parfois sa vie d'autrefois lui manque, au moins ici il sait qu'il peut vivre ses origines librement. Il se tourne un moment en direction du service à café regardant sur chaque étagère s'il avait bien tout ranger.

Soudain il entend de nouveau la porte s'ouvrir derrière lui qu'il se retourne aussitôt avec le sourire. Il remarque contre toute attente que la personne en question est bien celle dont il aime parler de ses origines avec fierté sans être jugé le fait qu'il soit Mohwak-anglais qui pourrait gêner certaine personnes.

Bonsoir.

Comme une leçon qu'il a apprise, il lui sert un café en lui mettant à sa disposition du lait et du sucre. Après sa, il se sert aussi une tasse de café pour accompagner ainsi sa visite avant la fermeture, pour lui ce n'est pas un client comme les autres. Pour lui c'est un échange devenu presque sacré à ses yeux. Il veut aussi savoir ce qui s'est passé pour les Amériques bien après que George Washington est devenu le premier président des États Unis... c'est d'après leur première rencontre déjà ? ah oui c'est bien sa. Haytam sait que Maximilian est curieux au sujet ce qu'étaient les états Unies avant la mort de notre Indien. Ils reprendront la discussion là où ça c'est arrêté, comme de grands conteurs la soirée pourrait durer des heures et des heures. Façon à présent, Haytam n'est plus pressé de rentrer au contraire il est totalement disposé pour son rendez-vous qui vient d'arriver sans prévenir qui ne le dérange absolument pas .


Qui commence ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Je veux rester ici.

avatar


Messages : 234
Date d'inscription : 25/01/2017

MessageSujet: Re: Ferme les yeux et imagine toi (PV Maximilian Sullivan) Dim 19 Mar - 9:40

Ferme les yeux et imagine toi
Haytam et Maximilian

Assis à une des tables du bar, entouré par mes clients, je ne cesse de regarder l’heure. J’ai prévu un débriefing ce soir avec mon équipe, histoire de remettre certaines choses en place, mais également de savoir s’ils ont des recommandations à faire. Après tout, autant qu’ils travaillent dans de bonnes conditions, leur performance n’en sera que meilleur. Fermant les yeux quelque seconde, je les ouvre de nouveau en sursautant, lorsqu’une main se pose sur mon épaule. Réagissant au quart de tour, j’attrape le bras de l’homme, et lui retourne afin de lui bloquer dans le dos. De vieilles habitudes. Les regards sont braqués sur nous, mais je m’en moque complètement. L’homme parle et je remarque qu’il s’agit du vieux Mike, sûrement le plus vieil homme qui se trouve ici. Depuis que je suis arrivé, il ne cesse de chercher sa Gladys, sa femme, mais qui elle est encore bien vivante apparemment. Je suis presque certain qu’elle doit bien profiter de sa vie, loin de son mari alcoolique ! Relâchant son bras, je m’excuse tout en lui demandant ce qu’il veut. Mais sa réponse est bien trop … alcoolisée pour être compréhensible. Soupirant, je fais signe à un de mes vigiles, de venir pour qu’il puisse, comme à son habitude, raccompagner le vieux Mike dans son appartement.

Une bonne heure plus tard, il ne reste que très peu de client, aussi, je me retire dans mon appartement, pour aller prendre une bonne douche. Une fois chose faite, je me fais un rapide sandwich, tout en cherchant un t-shirt noir à enfiler. Rassasié et habillé, je me décide à sortir un peu, lorsque je vois que mon équipe est fatiguée et que ça ne servira à rien de faire un débriefing ce soir. Ouvrant la porte, j’interpelle mon barman pour lui annoncer que je sors, mais que je reste joignable sur mon téléphone. Me dirigeant habillement maintenant à travers la ville, je ne peux m’empêcher de passer devant chez Rose, histoire d’être certain qu’elle n’a pas d’ennui. Ce n’est pas parce que je passe mon temps depuis qu’elle est arrivée il y a peu, à l’emmerder, que je désire qu’il lui arrive quelque chose. Non c’est simplement que je n’en peux plus de sa bonne humeur, mais surtout de son envie de rentrer chez elle nourrir son chat. Elle est morte, elle ne le reverra jamais ! Hormis si le matou a tué une pauvre souris innocente et qu’Hadès a décidé que lui aussi devait aller en enfer. Enfin c’est ridicule. Je peux comprendre que son compagnon à quatre pattes lui manque, c’est toujours une présence. Mais de là à croire réellement qu’elle va retourner chez elle, c’est ridicule …. Penser à tout ça me fait penser à ma belle brune … Mon cœur se serre et j’avale difficilement ma salive. Pour ne pas sombrer dans la mélancolie, j’accélère et me dirige vers le café où travaille Haytam. Au moins, ça me changera les idées. J’espère juste que vu l’heure tardive, ça ne sera pas fermé. Heureusement, ce n’est pas le cas. Je pousse la porte et l’indien me salue.

-Bonsoir Haytam. Comment vas-tu ?

Me dirigeant rapidement vers le comptoir, je prends place et le remercie d’un signe de tête, pour le café. Je mets un sucre dedans, et commence à tourner la cuillère. Il n’y a qu’avec Haytam, que je parle, pour le moment. Je ne suis pas du genre grand bavard. Lorsqu’il me demande qui commence, je réfléchis quelques secondes. J’aimerai bien savoir la suite de son histoire, de sa vie d’avant. C’est une époque où je suis certain, j’aurai aimé y vivre.

-Je veux bien que tu commences. On en était à la destruction de ton village.


Je prends une voix neutre, car je me doute que les souvenirs qui remontent, ne doivent pas être les meilleurs. Après tout, si je devais parler de mon gang, ça réanimerait quelque chose de douloureux dans le fond.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Je veux partir d'ici.

avatar


Messages : 29
Date d'inscription : 14/03/2017

MessageSujet: Re: Ferme les yeux et imagine toi (PV Maximilian Sullivan) Lun 20 Mar - 11:39

Il y a longtemps que Haytam est mort et de l'autre côté le nombre d'années s'est succédé à une vitesse folle. Il a croisé, depuis qu'il est ici, dans ce monde beaucoup de personnes de différentes époques, prouvant ainsi que des siècles et des siècles ont défilés depuis le commencement. L'enfer regroupe ainsi toutes personnes mortes ? l'enfer est donc si immense ? mmh faut dire que Haytam n'a pas la même croyance que certaines personnes ici-bas, pour lui, il n'a ni enfer ni paradis, juste une sorte de vie après la mort rejoignant les ancêtres dans le monde des esprits. Certains pensèrent que c'est pathétique de sa part de croire toujours en sa, d'être aussi naïf, fermant ainsi les yeux sur la vérité d'être dans le monde d'Hadès, un dieu d'une autre civilisation.

Haytam se verse du lait dans son café répondant ainsi à sa connaissance avec un petit sourire pour lui répondre.

oui, ça va et toi?

Ce soir, il est devenu le premier conteur qu'il accepte avec volontiers reprenant ainsi là où ils se sont arrêtés. Il boit vite une gorgée de son café avant de se replonger dans ces souvenirs. L'Indien se revoit dans son passé entant qu'enfant dans son village aux proies aux flammes dévorantes. Il est en train de courir dans le village cherchant sa mère, il pouvait encore même aujourd'hui sentir l'odeur étouffante de la fumée et entendre les cris désespérer de son peuple. Les pertes matérielles étaient immenses, l'homme blanc, ces maudits anglais étaient des bêtes enragées aveuglées par leur soif de pouvoir et de possession des terres qui leur appartiennent pas.
Il regarde Maximilien et respira à plein poumon avant de commencer son récit.

Mon village avait était détruit par l'armée britannique, je n'étais qu'un enfant à cette époque que je n'étais pas très conscient des tensions entre les deux peuples auxquels j'appartenais. Ma mère a perdu la vie ce jour-là, elle a rejoint les ancêtres et je fus confié à ma tante la sœur de ma mère. Mon père était sans nouvelles..

Il se stop pendant un petit moment sentent que ce fût douloureux pour lui en replongeant ainsi dans ces souvenirs qui ont marqué à jamais sa vie. Il avale sa salive avant de reprendre.

Le village reconstruit, mon peuple pouvait souffler un peu sans quitter l'horizon de vue. Les anciens, les adultes en général nous interdisons de partir loin dans la forêt à cause du démon blanc qui rôder. Seuls les guerriers, les chasseurs pouvaient bien sûr sortir du périmètre de sécurité imposés par les anciens de notre tribu. J'ai donc grandi parmi mon peuple devenant un guerrier Mohwak... En grandissant, comme mes frères, j'ai développé aussi une sorte de répulsion envers les Anglais que j'essayais aussi de les éviter du mieux que je peux pour ne pas déclencher une guerre et mettre de nouveau en péril le village. Si c'était tenu qu'à moi je les aurais déjà tous massacrer jusqu'au dernier.

Le regard de Haytam est devenu sombre au fil qu'il avance dans son histoire, juste en pensant à ses sombres pensés qu'il le hante. Il est en enfer à cause de la vengeance et il le restera, car même aujourd'hui il peut de nouveau ressentir l'esprit de la vengeance en lui. Il reprend de nouveau une gorgée de son café au lait pour se calmer avant de reprendre le fil. Un fil plus joyeux qui reste à jamais graver dans sa mémoire.. oui sa rencontre avec Hanna.

Un jour, je me promenais pas trop loin de la ville appelée New York. Je tombai sur mon chemin sur deux soldats qui pressèrent avec violence une jeune femme, fille de colon anglais. Comme animé par la colère, je me pressai aussitôt de courir au secours de la femme bondissant mon tomawak fonçant sur les deux démons anglais, ces tuniques rouges qui n'ont aucun respect pour les femmes de leurs peuples. Je les massacrai l'un après l'autre me battant avec la force de l'ours et l'agilité du puma. Les tuniques rouges mortes, la femme, j'étais étonné, qu'elle ne hurla pas pour appeler "oh secoure à son peuple" comme je venais de tuer sous ses yeux des soldats de Sa Majesté d'Angleterre.

Il eu un sourire à ses lèvres, regardant Maximilien avec ce même sourire attendant avant de poursuivre ces impressions sur cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Je veux rester ici.

avatar


Messages : 234
Date d'inscription : 25/01/2017

MessageSujet: Re: Ferme les yeux et imagine toi (PV Maximilian Sullivan) Jeu 6 Avr - 15:57

Ferme les yeux et imagine toi
Haytam et Maximilian

-Ca va bien, merci.

J’omets de parler qu’Avy me manque, et que Rose m’énerve toujours à vouloir sortir d’Hadès Town, alors que je n’arrête pas de lui dire que ce n’est pas possible. Préférant de suite entrer dans le vif du sujet, je dis à Haytam qu’il devrait commencer. Surtout que j’aime écouter son histoire. C’est une période qui m’intéresse énormément.

- Mon village avait était détruit par l'armée britannique, je n'étais qu'un enfant à cette époque que je n'étais pas très conscient des tensions entre les deux peuples auxquels j'appartenais. Ma mère a perdu la vie ce jour-là, elle a rejoint les ancêtres et je fus confié à ma tante la sœur de ma mère. Mon père était sans nouvelles..

Hochant la tête, j’attrape ma tasse pour boire un peu de mon café. Ça n’a pas dû être facile de vivre parce qu’il a vu et vécu. Je trouve ça triste qu’un enfant, ait pu vivre une horreur pareil. Préférant ne rien répondre, je l’écoute reprendre la suite de son histoire personnelle.

-Le village reconstruit, mon peuple pouvait souffler un peu sans quitter l'horizon de vue. Les anciens, les adultes en général nous interdisons de partir loin dans la forêt à cause du démon blanc qui rôder. Seuls les guerriers, les chasseurs pouvaient bien sûr sortir du périmètre de sécurité imposés par les anciens de notre tribu. J'ai donc grandi parmi mon peuple devenant un guerrier Mohwak... En grandissant, comme mes frères, j'ai développé aussi une sorte de répulsion envers les Anglais que j'essayais aussi de les éviter du mieux que je peux pour ne pas déclencher une guerre et mettre de nouveau en péril le village. Si c'était tenu qu'à moi je les aurais déjà tous massacrer jusqu'au dernier.

Je suis surpris d’entendre ça. C’est quelque chose de vraiment horrible et différent du monde que j’ai connu. Et pourtant, il y a énormément de points communs avec ma propre histoire. En effet, avec le gang, on avait chacun nos idées et pourtant, on était unis contre la même chose : les autres gangs. C’était ma famille, comme la tribu l’avait été pour Haytam.

-Un jour, je me promenais pas trop loin de la ville appelée New York. Je tombai sur mon chemin sur deux soldats qui pressèrent avec violence une jeune femme, fille de colon anglais. Comme animé par la colère, je me pressai aussitôt de courir au secours de la femme bondissant mon tomawak fonçant sur les deux démons anglais, ces tuniques rouges qui n'ont aucun respect pour les femmes de leurs peuples. Je les massacrai l'un après l'autre me battant avec la force de l'ours et l'agilité du puma. Les tuniques rouges mortes, la femme, j'étais étonné, qu'elle ne hurla pas pour appeler "oh secoure à son peuple" comme je venais de tuer sous ses yeux des soldats de Sa Majesté d'Angleterre.

Je vois dans son regard, la même lueur que j’ai vu dans le mien lorsque j’ai connu Avy. Il y a du se passer quelque chose entre lui et cette jeune-femme qu’il a sauvé. Avalant une nouvelle gorgée, avant de reporter mon attention sur lui.

-Eh bien … Ca n’a pas dû être facile à vivre. Et qu’est-il arrivé à cette jeune-femme, une fois que tu l’as sauvé des tuniques rouges ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Je veux partir d'ici.

avatar


Messages : 29
Date d'inscription : 14/03/2017

MessageSujet: Re: Ferme les yeux et imagine toi (PV Maximilian Sullivan) Mer 24 Mai - 14:53

Haytam ne peut oublier ces moments passés dans son ancienne vie, même si elles étaient horribles, c'est comme ça, elles restent à jamais graver dans sa mémoire à tout jamais. Surtout le moment de sa propre mort, ce jour-là si funeste, Hanna lui a révélé qu'elle porte l'héritage de deux peuples, l'enfant du sang mêlé, oui elle lui a annoncé alors qu'il agonisait sur la terre de ses ancêtres qu'il allait être père. Le jeune homme aurait voulu être là pour son enfant et Hanna, ignorant les avis des autres sur leur relation si forte. Une relation puissante qui à sût faire face au préjugés.

Il aime ses deux parents, sa mère aurait été compréhensive sur son amour pour une fille de colon et son père...quoique son père ce soit montrer distant et traitre envers sa famille. Allen, son père lui avait fait plus de mal que personne n’en avait jamais fait et son souvenir demeurait douloureux, tant dans son esprit que dans son cœur. Il était incapable de l’oublier et sa haine à son égard était toujours présente même encore dans la mort. Encore et encore ils l'entent ces mêmes mots que c'est lui qui à bruler le village et tuer sa compagne ! bon sang ! Allen était bien un salopard, pendant des jours le jeune homme à cracher sur son sang anglais qui coule dans ces veines qui entache celui des Mohawks juste à cause des terribles actes d'Allan Grant. Mais peut-être qu'il aurait tout de même accepté que son fils soit avec Hanna? qui sait?..

Le jeune Indien se met de nouveau à boire son café avant de continuer sur son histoire tout en écoutant la question de Maximilien au sujet s'il a revu Hanna après qu'il l'a sauvé de deux soldats anglais.


Oh oui bien sûr..


Répondit-il dans un sourire évasif tandis que ses pensées se tournaient vers Hanna, il se souvient qu'elle était belle ce jour-là. Si belle qu'il n'a pas hésité une seule seconde pour venir à son aide alors que les tensions entre les peuples étaient palpade. Il se souvient en son grand bonheur qu'il a bien fait d'être sorti de son village ce jour-là. Il ne se doutait absolument pas que leurs rencontres auraient été suivies part des rendez-vous en cachette loin des regards indiscret et haineux. Pourtant ça à fini part être découverts par le père de la jeune femme..

Hanna était une femme très belle, douce, agréable, courageuse... elle ne partageait pas l'avis de ces frères anglais au sujet des miens. Oh tu l'aurais aimé. On s'est revu souvent jusqu'à que les sentiments l'un pour l'autre opèrent. Mes frères me voyaient souvent partir, mais ils me laissaient, car je leur disais souvent que j'allais chasser le cerf

Il eu un petit rire juste en pensant à la fausse excuse juste pour retrouver Hanna, puit il reprend en ajoutant un peu de lait dans son café.

Je me débrouillais souvent que ma "chasse au cerf" se déroulait en solo, parfois mes frères me traitaient d'imbécile, car je les jamais eut le cerf et que j'étais totalement égoïste refusant aucune aide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Je veux rester ici.

avatar


Messages : 234
Date d'inscription : 25/01/2017

MessageSujet: Re: Ferme les yeux et imagine toi (PV Maximilian Sullivan) Ven 22 Sep - 17:43

Ferme les yeux et imagine toi
Haytam et Maximilian

Ce que j’aime avec Haytam, c’est pouvoir parler de nos vies passées, sans tabous ni barrières. J’aime l’entendre me raconter ce qu’était sa vie, qui parait lointaine par rapport à la mienne. Quelques décennies nous séparent et c’est en l’écoutant me parler de sa vie personnelle, que je me rends compte que le monde a changé énormément, en peu de temps. Lui demandant ce qui s’est passé une fois qu’il eut sauvé la jeune-femme, j’écoute attentivement, pendu à ses lèvres.

- Hanna était une femme très belle, douce, agréable, courageuse... elle ne partageait pas l'avis de ces frères anglais au sujet des miens. Oh tu l'aurais aimé. On s'est revu souvent jusqu'à que les sentiments l'un pour l'autre opèrent. Mes frères me voyaient souvent partir, mais ils me laissaient, car je leur disais souvent que j'allais chasser le cerf.


Je souris doucement. Son regard change lorsqu’il évoque la jeune-femme. On voit qu’il est heureux lorsqu’il parle d’elle. C’est vrai que vu ce qu’il m’en dit, je me serais sûrement bien entendu avec la jeune Hanna. Bon peut-être pas sûr tous les points, mais je ne doute pas que j’aurai apprécié sa façon de penser et sa ténacité.

- Je me débrouillais souvent que ma "chasse au cerf" se déroulait en solo, parfois mes frères me traitaient d'imbécile, car je les jamais eut le cerf et que j'étais totalement égoïste refusant aucune aide.

Riant légèrement, je prends une gorgée de café, finissant ainsi ma tasse au passage. Lançant un clin d’œil à mon ami, je ne peux m’empêcher de lui lancer un sourire complice.

-En même temps, il était bien beau ton cerf, j’en suis certain ! Je comprends donc bien que tu n’avais aucune envie de le ramener à ton clan.


En disant je fais bien évidemment allusion au fait que le cerf était Hanna. J’avais bien évidemment compris que son excuse pour aller chasser l’animal était surtout pour rejoindre sa belle en cachette, vu leur famille respective. Je trouvais ça complètement idiot, que lui, comme d’autre à mon époque, devait se cacher pour aimer. Pourquoi se cacher, alors qu’on ne peut commander ses sentiments ?

-Et avec Hanna, vous avez pu vivre ensemble, malgré vos origines ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ferme les yeux et imagine toi (PV Maximilian Sullivan)

Revenir en haut Aller en bas
Ferme les yeux et imagine toi (PV Maximilian Sullivan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Ferme les yeux..et tape 7 lettre au hasard.
» Chut....Ferme les yeux
» ferme les yeux et imagine toi de SOPRANO
» Yeux qui louchent...
» Ma collection de G1 et son évolution au fil des pages RECAP P1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life After Death :: Hadès Town :: Quartier Dionysos :: Les cafés-
Sauter vers: